Timer des évènements en jeu
Les Norns

La maison Thorn

Guilde RP sur Guild Wars 2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Norns

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Narrateur


avatar


Feuille de personnage
Race:
Profession:

MessageSujet: Les Norns    Ven 29 Juin - 12:10


Les grandes lignes
Les Norns sont une race de vaillants barbares métamorphes. Impétueux, volontaires et passionnés, les Norns sont un peuple indépendant qui ne prête allégeance à personne. Ils mènent une vie rude mais prospère dans leur bastion au cœur des montagnes, se fiant pour survivre à leurs sens aiguisés, à leur vivacité d'esprit et à la force de leurs puissants avant-bras. Ils sont guidés ici-bas par les esprits de la nature, qui incarnent les vertus des animaux les plus redoutables. Les Norns peuvent s'emporter aussi facilement qu'ils peuvent se lier d'amitié. Chaque jour est pour eux un nouveau défi personnel. Aussi enthousiastes pour boire et festoyer que pour chasser, ils ne craignent que bien peu de choses. Ce sont des alliés fidèles et des ennemis implacables.

Voici leur histoire.

Histoire
Les Norns sont originaires des Lointaines Cimefroides, une chaîne de montagnes à bien des lieues au nord des royaumes humains. Leur histoire est peuplée de héros, d'esprits et d'exploits impossibles. Pour accéder à l'immortalité, un guerrier norn doit veiller à ce que ses descendants cultivent son souvenir et que les skaalds chantent sa geste autour des feux de chasse. Il en était ainsi depuis un temps immémorial.

Tout changea à l'arrivée de Jormag, dragon ancestral des glaces. En émergeant de son sommeil glaciaire, le dragon pénétra dans le monde des vivants avec la violence d'une éruption. Les Norns l'affrontèrent d'abord comme ils l'avaient toujours fait : face à face, en combat singulier. Ils furent des centaines à périr et le peuple norn tout entier fut forcé de quitter sa patrie.

Les esprits de la nature aidèrent les Norns à fuir. Certains trouvèrent la mort en les protégeant ; d'autres restèrent affronter Jormag et disparurent. D'autres encore, les plus puissants des esprits -- Loup, Ours, Corbeau et Léopard des neiges -- guidèrent les Norns jusqu'en sécurité dans les terres jadis habitées par les Nains.

Hoelbrak
Les Norns ne sont pas un peuple urbain. Ils préfèrent s'aménager de simples fermes en pleine nature, où la survie est question de force et de talent. Néanmoins, Hoelbrak fait office de centre de la civilisation norn, car c'est là que les esprits de la nature ont conduit le grand héros Aesgir et les Norns en sûreté. Dans les années qui ont suivi sa fondation, des Norns sont venus de toutes les Cimefroides y commercer, rencontrer leurs pairs, fanfaronner et boire ; mais rares sont ceux qui y demeurent à longueur d'année.

C'est Knut l'Ours blanc, petit-fils d'Aesgir, qui supervise aujourd'hui Hoelbrak. Quiconque oserait le qualifier de dirigeant ne susciterait toutefois que l'hilarité générale : le titre de Knut est Maître du Pavillon. Il assure la sécurité d'Hoelbrak comme son père et son grand-père avant lui. Il met à l'épreuve les jeunes guerriers et organise de grandes assemblées pour célébrer leurs exploits. La Harde, menée par ses deux fils, maintient l'ordre parmi ce peuple querelleur et bagarreur.

Cinq grands bâtiments dominent Hoelbrak. Le Grand Pavillon constitue le domaine de Knut ; sous les hauts plafonds de ses galeries et balcons se dressent les plus grands héros de ce peuple. Chacun des quatre autres pavillons est dédié à l'un des quatre esprits de la nature : Loup, Ours, Corbeau et Léopard des neiges. C'est là que les chamans œuvrent à préserver la foi, que les skaalds content les sagas des ancêtres. C'est là que survit la sagesse des Norns.

Les esprits de la nature
Les Norns n'ont pas de dieux au sens humain du terme. Ils vénèrent les esprits de la nature, des pouvoirs totémiques représentant les grands esprits des animaux sauvages. Chaque totem s'accompagne de vertus et d'enseignements : Ours correspond à la force physique ; Loup, à celle du groupe ; Corbeau, à la sagesse ; Léopard des neiges, à la ruse et la furtivité. Il existe aussi d'autres esprits qui ne méritent pas d'être vénérés, ont trouvé la mort ou ont simplement disparu.

Les Norns sont capables de revêtir les formes qu'affectionnent les esprits. Ainsi métamorphosés, ils augmentent leur affinité avec les esprits et les pouvoirs de la nature. Les Norns puisent les bienfaits de la nature mais veillent à la préserver, car la sagesse des esprits leur apporte une compréhension qui modère leur tempérament bouillonnant.

De nouveaux défis, d'anciens ennemis
Les Norns se sont disséminés partout dans les Cimefroides ; faciles à distinguer, leurs habitations jouxtent les meilleurs terrains de chasse et les torrents les plus cristallins. Ils ne sont toutefois pas seuls dans ces nouvelles contrées et doivent se battre pour conquérir leurs terres, ce qui leur convient parfaitement.

Il y a bien longtemps, les Nains régnaient sur ces vallées encaissées et ces montagnes striées de cavernes. Les guerriers du petit peuple sont descendus dans les tréfonds combattre les sbires d'un autre dragon ancestral, transformés par une magie ancienne. À présent, leur domicile a été usurpé par leurs anciens esclaves et serviteurs, les Draguerres, qui prétendent détenir toutes les terres souterraines et disputent aux Norns celles de la surface.

Les sommets montagneux abritent une autre race déchue : les Jotuns. Ces géants jadis sages et puissants ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes. Réduits à l'état de sauvages survivant parmi les citadelles dévastées de leurs ancêtres, ils contestent la domination des Norns.

Pourtant, le plus grand danger qui menace les Norns vient comme eux du Nord : les champions et hérauts de Jormag écument la contrée, portant son souffle glacé qui corrompt les neiges pures et les créatures puissantes. Pire encore, certains parmi les Norns reconnaissent le pouvoir de Jormag et révèrent l'esprit Dragon, dont ils désirent suivre les enseignements. Comme ils le découvrent hélas trop tard, ces enseignements ne sont que corruption et mort.

Le pouvoir des Norns
Jormag a beau les avoir chassés de leurs terres natales, les Norns n'ont pas l'apathie des réfugiés ; pour eux, le dragon ancestral n'est qu'un autre défi à surmonter, sinon aujourd'hui, du moins demain. D'ici-là, jusqu'à l'avènement du héros qui fendra le croc de Jormag et ramènera les Norns dans leurs terres septentrionales, ils vivent chaque jour comme si c'était le dernier. À leurs yeux, le monde des vivants regorge de merveilles, de défis, de luttes et de grands récits en devenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur


avatar


Feuille de personnage
Race:
Profession:

MessageSujet: Re: Les Norns    Ven 29 Juin - 12:13

DESCRIPTION ET TRADITION

Une civilisation atypique

A première vue, les norns ont une apparence humaine. Mais lorsqu'on s'approche d'eux, on remarque qu'il y a une différence de taille (dans les deux sens du terme). Acclimatés à la rudesse du froid hivernal des hauts sommets, les norns – ces semi-géants forts et robustes – vivent de manière relativement isolée.

Leur organisation sociale est tout à fait singulière. Leur nature solitaire et leur volonté d'indépendance traduisent parfaitement leur refus de prêter allégeance à qui que ce soit, même un des leurs. Seuls les héros ayant accompli des exploits dignes d'être contés parmi les norns, peuvent prétendre fonder leur propre domaine et graver leur nom à tout jamais dans la mémoire de leurs compagnons pour que leurs légendes se perpétuent. Ainsi, il n'y a pas de souverains, élus ou non, qui disposent d'une quelconque autorité sur la société norne.

Les norns doivent leur survie à leurs sens aiguisés, à leur vivacité d'esprit et à la force de leurs puissants avant-bras qu'ils utilisent lorsqu'ils partent pour chasser. Lorsqu'ils rentrent de chasse, c'est dans les grands domaines fondés par de puissants héros, comme Hoelbrack, la grande hutte de chasse autour de laquelle un campement immense s'est établi, que les norns festoient et se désaltèrent dans la bonne humeur, narrant ainsi leurs aventures et se vantant de leurs exploits. C'est aussi dans ces centres d'activités qu'ils préparent leurs futures escapades, se divertissent en faisant, par exemple, un match de lancer de tonneaux, ou retrouvent des compagnons d'aventure. Il n'y a donc pas de ville à proprement parler, constituée par une volonté unique de vivre ensemble.

Hoelbrack sert toutefois comme centre de leur civilisation. Dans les années qui ont suivi sa fondation, des norns sont venus de toutes les Cimefroides y commercer, rencontrer leurs pairs, fanfaronner et boire ; mais rares sont ceux qui y demeurent à longueur d'année. C'est Knut l'Ours blanc, petit-fils d'Aesgir, qui supervise aujourd'hui Hoelbrak. Quiconque oserait le qualifier de dirigeant ne susciterait toutefois que l'hilarité générale : le titre de Knut est Maître du Pavillon. Il assure la sécurité d'Hoelbrak comme son père et son grand-père avant lui. Il met à l'épreuve les jeunes guerriers et organise de grandes assemblées pour célébrer leurs exploits. La Harde, menée par ses deux fils, maintient l'ordre parmi ce peuple querelleur et bagarreur.

Cinq grands bâtiments dominent Hoelbrak. Le Grand Pavillon constitue le domaine de Knut ; sous les hauts plafonds de ses galeries et balcons se dressent les plus grands héros de ce peuple.

Les norns se sont disséminés à travers toutes les Cimefroides, préférant s'aménager de simples fermes en pleine nature, où la survie est question de force et de talent ; et on peut apercevoir leurs campements près des meilleurs terrains de chasse et des torrents les plus cristallins. Ils demeurent indépendants et font chacun leur vie. C'est ce qui les distingue, notamment, des humains. Ils se différencient des charrs et des asuras, par leur technologie quasi inexistante, et des sylvaris dont la nature curieuse n'est pas la leur.



Culture et tradition

Tout comme ils refusent de se soumettre à des chefs, les norns n'ont pas de dieu au sens humain du terme. Ils vénèrent les esprits de la nature, des pouvoirs totémiques représentant les grands esprits des animaux sauvages, à la fois sources d'inspiration et précieux alliés. Chaque totem s'accompagne de vertus et d'enseignements. Aujourd'hui, quatre esprits méritent d'être révérés : l'Ours, le Loup, le Corbeau et le Léopard des neiges. D'ailleurs, que ce soit dans les grands domaines ou dans les paysages enneigés des montagnes, de nombreux autels ont été érigés dans le but de communiquer avec les esprits. Les plus grands sont les quatre pavillons de Hoelbrack où les chamans norns œuvrent à préserver la foi. Ceux qui choisissent de devenir chamans, se consacrent à un territoire sacré : un sanctuaire, un pavillon, ou une zone de chasse dédiée à leur esprit de la nature. Tant gardiens que professeurs, ils servent le peuple norn, protégeant leur territoire et enseignant aux autres les leçons des esprits qu'ils vénèrent.

Quatre des plus puissants et dévoués chamans sont connus comme étant les Messagers d'Hoelbrak. Ils ont pour mission de surveiller les quatre pavillons encadrant le hall principal d'Hoelbrak. D'autres chamans, appelés Havrouns, ont la faculté de traverser physiquement les Brumes pour aller au Panthéon des Esprits, où les braves vivent pour toujours.

Pour les norns, les esprits de la nature représentent des guides qu'il faut respecter afin de maintenir une harmonie. Les norns, de par leur proximité avec les esprits, ont la capacité de se métamorphoser et de prendre ainsi l'apparence des formes qu'affectionnent ceux-ci. Ainsi métamorphosés, ils augmentent leur affinité avec eux. Les norns puisent les bienfaits de la nature mais veillent à la préserver, car la sagesse des esprits leur apporte une compréhension qui modère leur tempérament bouillonnant.

D'autres esprits apportent leur lot d'enseignements comme l'Aigle, le Minotaure ou encore la Montagne et l'Obscurité qui ne sont sont pas douées de sensations, mais ne parviennent pas à se démarquer à cause, notamment, de leur manque de puissance. Ainsi, il n'est pas anodin que des esprits mineurs ne soient pas accompagnés par un havroun.

La notion de force est primordiale dans leur culture mais elle s'accompagne toujours de la sagesse. Même si la quête de la force est au centre de leurs préoccupations, les norns ne sont pas stupides. Ils savent que certains adversaires ne peuvent être terrassés seuls. C'est pourquoi ils sont toujours prêts à apporter de l'aide à des héros et à s'unir avec des alliés puissants. Toutefois, personne ne peut devenir plus fort en s'appuyant sur les autres ; c'est l'adversité et le relèvement des défis qui forgent un chasseur. Le fort mérite le respect mais le faible ne mérite pas qu'on fasse attention à lui.

Les norns ne jugent pas une personne pour les faits accomplis par le groupe auquel elle appartient, mais bien au regard de ses actions personnelles. C'est elle qui sera jugée pour ses actes, et non le groupe qui n'aura rien fait de préjudiciable. Inversement, les norns ne jugent pas un individu pour les péchés commis par sa tribu. La mentalité norne pousse l'individualité à son paroxysme.

La sagesse, la culture et les traditions nornes se transmettent principalement à l'oral et survivent ainsi au temps qui passe. C'est aux skaalds – des conteurs norns – qu'incombe la tâche de rendre les norns immortels en chantant la geste des plus braves.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur


avatar


Feuille de personnage
Race:
Profession:

MessageSujet: Re: Les Norns    Ven 29 Juin - 12:16

L'HISTOIRE DES NORNS



Avant Guild Wars 1

Les origines des norns sont pour le moins incertaines. La tradition orale qui fait partie du folklore norn y est probablement pour quelque chose. Les similitudes avec un autre peuple, les kodans, laissent à penser que les norns auraient un lien étroit avec cette race. Pourtant, les kodans n'ont pas la capacité à changer de forme et considèrent les norns comme un peuple déchu. Toujours est-il que ce ne sont que des conjectures et que leur passé reste mystérieux.

Les norns vivaient dans les Lointaines Cimefroides, à l'ouest des territoires charrs. Leur histoire est peuplée de héros, d'esprits et d'exploits impossibles que les conteurs aiment à relater. C'est au milieu de ces sommets enneigés, dans les plus profondes galeries, qu'ils combattirent des créatures maléfiques, les destructeurs. Considérés au départ comme de simples proies par les norns, ils ne tardèrent pas à submerger de leur nombre leurs territoires. C'est avec l'aide des humains, des nains et des asuras, que les norns réalisèrent qu'il s'agissait là d'un véritable fléau. Des figures importantes parmi leur peuple rejoignirent avec quelques norns les héros humains, charrs, asuras et nains pour repousser les sbires du Grand Destructeur, un dragon au cœur de feu et à la peau aussi dure et noire que l'obsidienne. La victoire permit de tisser les premiers liens, bien que fragiles, entre les différentes races.


De Guild Wars 1 à Guild Wars 2

De ces évènements naquirent de nouveaux héros et les norns retournèrent à leur routine, prenant soin de cultiver le souvenir des braves qui avaient repoussé l'envahisseur. Ils connurent des temps paisibles jusqu'au jour où une terrible menace vint troubler, à nouveau, la quiétude des norns. En 1165 du calendrier mouvélien, 45 années après le réveil du dragon Primordus, un dragon de glace, nommé Jormag, s'éveilla et pénétra dans le monde des vivants avec la violence d'une éruption. Les norns l'affrontèrent d'abord comme ils l'avaient toujours fait : face à face, en combat singulier. Ils furent des centaines à périr et le peuple norn tout entier fut forcé de quitter sa patrie.

C'est alors que les esprits de la nature vinrent porter secours aux norns. Mais le pouvoir de Jormag était si grand que de nombreux esprits trouvèrent la mort ou disparurent ; certains en protégeant les norns et d'autres en allant défier Jormag et ses créatures de glace. Quatre esprits – l'Ours, le Loup, le Corbeau et le Léopard des neiges – parvinrent à sauver les norns en les guidant vers le sud, sur les anciennes terres des nains de Deldrimor. C'est ici qu'Aesgir – un héros norn qui réussit à arracher une dent du Dragon de glace – fonda Hoelbrack, plaçant le trophée en son centre. Hoelbrak devint alors à la fois un abri contre l'ennemi et un rappel de ceux qu'ils avaient affronté.

Mais cet acte héroïque ne doit pas voiler une réalité que les norns ont du mal à supporter. Le pouvoir dévastateur de Jormag qui corrompt les neiges pures et les créatures puissantes des terres nordiques, a suscité chez certains norns un esprit mégalomane. Ces traitres à leur peuple, ont choisi de révérer l'esprit Dragon, qu'ils considèrent comme le prédateur ultime, la plus grande force existante ; et de délaisser les esprits de la nature, en suivant les enseignements maudits du Dragon. Ces norns misogynes se sont nommés les Fils de Svanir, en hommage au norn nommé Svanir qui avait reçu, il y a bien longtemps, le "don" de Jormag et que sa sœur, Jora, avait refusé.

Combien de temps les norns pourront-ils survivre aux assauts implacables des bêtes glaciales de Jormag et de ses fidèles adorateurs, les fils de Svanir ? Jormag a beau les avoir chassés de leurs terres natales, les norns n'ont pas l'apathie des réfugiés ; pour eux, le dragon ancestral n'est qu'un autre défi à surmonter, sinon aujourd'hui, du moins demain. D'ici-là, jusqu'à l'avènement du héros qui fendra le croc de Jormag et ramènera les norns dans leurs terres septentrionales, ils vivent chaque jour comme si c'était le dernier. À leurs yeux, le monde des vivants regorge de merveilles, de défis, de luttes et de grands récits en devenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur


avatar


Feuille de personnage
Race:
Profession:

MessageSujet: Re: Les Norns    Ven 29 Juin - 12:16

DIPLOMATIE


Les norns sont de nature solitaire mais ne sont pas pour autant isolationnistes. Depuis leur déplacement forcé vers le sud, les norns ont dû apprendre à connaître et traiter avec les autres races de beaucoup plus près. Tout comme il y a 250 ans, les norns et les charrs se vouent un respect mutuel, chacun connaissant pertinemment la force de l'autre et ayant assez de discernement pour éviter des querelles vaines.
Les norns ont toutefois un tantinet de considération en moins envers les humains qu'ils estiment faibles et légers. Preuve en est de leur critique univoque de la façon, un peu trop molle selon eux, dont la reine humaine dirige son peuple.

Bien que les asuras soient d'une taille ridiculement ridicule, les norns admettent qu'elle ne fait pas tout et que les asuras sont capables de développer une grande force lors des combats.

Enfin, leur jugement est plus modéré en ce qui concerne les jeunes sylvaris, car bien qu'ils soient curieux et intelligents, leur conception du monde leur semble souvent dénuée de sens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur


avatar


Feuille de personnage
Race:
Profession:

MessageSujet: Re: Les Norns    Mer 22 Aoû - 12:08

Religion Norn

Ours, Léopard des Neiges, Corbeau et Loup:

Les norns croient dans la force personnelle, les victoires individuelles et en une spiritualité sauvage qui est à la fois primaire et complexe. Ils révèrent les Esprits de la Nature, incarnés par les animaux qui sont à la fois les gardiens et l’essence du monde. On pourrait dire qu’il y a autant d’esprits de la Nature qu’il y a de type d’animaux ordinaires--un Esprit du Loup pour incarner tout les loups, une Esprit du Dolyak pour apprendre les leçons de la force et de la persévérance, et ainsi de suite. Contrairement aux dieux humains, ces Esprits de la Nature ne représentent pas des concepts élevés, comme la « Guerre » ou la « Nature » mais ils sont plutôt l’incarnation des vertus complexes et des vices des animaux qu’ils représentent.



A cause de leur histoire, les quatre plus importants Esprits de la Nature pour les résidents de la grande Loge de Hoelbrak sont l’Ours, le Léopard des Neiges, le Corbeau et le Loup.

Ces esprits se sont manifesté pour guider les survivants norns au sud, après que leur terre natale nordique ai été ravagée par l’éveil du Dragon de Glace Ancestral, Jornag. L’Ours est l’esprit le plus révéré de tous, et il est vu comme un emblème de force, de perspicacité et de sagesse. Le Léopard des Neiges est un esprit solitaire et furtif, comme ses cousins animaux, et les norns respectent les secrets qu’elle accumule. Le Corbeau est le roublard rusé qui aime les énigmes et les jeux de mots, quant à l’Esprit du Loup, il incarne le travail d’équipe, l’amitié et la famille. Les norns choisissent de suivre la voie d’un Esprit de la Nature donné parce qu’ils ressentent une affinité aux leçons qu’il enseigne.

Il est important de noter que simplement parce que ces esprits ont travaillé ensemble pour aider les norns à survivre l’attaque de Jormag ne signifie pas qu’eux même--ou leurs fidèles--soient toujours en bon termes. Les disciples du Loup considèrent la furtivité du Léopard comme de la ‘lâcheté’, et les chamans de l’Ours sont connus pour se méfier des adhérent du Corbeau, traitant leur ruses de faibles et déshonorantes. Les récits de batailles épiques entre les héros de chaque loges sont contés lors des cercles, immortalisant en légendes à la fois les vertus et les vices de leur Esprits Tutélaires.


Les étoiles au dessus des Cimefroides étaient froides et brillantes, couronnées par les aurores boréales iridescente du ciel nordique. Dans la Grande Loge d’Hoelbrak, un jeune homme se tenait devant les chamans et cherchait les enseignements de la vengeance.

« Non ,» dit le chaman de l’Ours.
« Apprend la force, Viskar. Apprend la sagesse. Grimhilde ne recherche pas la victoire. Elle cherche annihilation complète de ses ennemis. Je ne t’apprendrai pas à sacrifier ta vie. »

« Nous sommes désolés, » dirent les disciples du Loup.
« Nous t’aiderions avec plaisir à chercher revanche pour ta famille, mais ce que tu propose est un suicide. Pense à ta meute. Si tu attaque Grimhilde, elle punira ceux que tu aime. »

L’Havroun du Corbeau secoua sa tête lorsque Viskar le questionna.
« Tu ne peux même pas me dire comment elle a triché. Grimhilde est maligne et elle a toujours une surprise mortelle en stock pour ses ennemis. Si tu n’en sait pas plus qu’elle, elle te détruira. »

Viskar serra ses poings.
« Personne ne m’aidera-t-il? »

Une ombre bougea dans un coin de la loge, et des yeux jaunes brillèrent.
« Tu ne m’a encore rien demandé, » murmura l’Orateur du Léopard des Neiges, Valharantha, ses mouvements souples et gracieux.

« Le Léopard des Neiges m’apprendra-t-il à prendre ma revanche? » Demanda-t-il.
« Si je poursuit sa voie, m’apprendra-t-elle à vaincre Grimhilde? »

« Plus encore. »
Valharantha abaissa ses yeux et souris.
« Elle transformera ta vengeance en légende. »



La Fardeau d’un Chaman:
Contrairement aux humains, dont les prêtres sont révérés pour leur dévotions à un seul dieu, tout les norns se sentent également guidés et aidés par les esprits. Quelques Norns ne suivent pas de voie particulière, préférant plutôt révérer tout les Esprits de la Nature, suivant chacun chaque fois que sa leçon est pertinente dans sa vie de tout les jours. Ceux qui choisissent de devenirs chamans se dévouent à la zone sacré d’un esprit: un autel, une loge, un terrain de chasse dédié à leur Esprit de la Nature tutélaire. Ils servent leur peuple en tant que gardiens et professeurs, protégeant leur territoire et instruisant les autres dans les leçons des esprits qu’ils révèrent.


Quatre des plus puissants et dévoués chamans son connus sous le nom des Orateurs d’Hoelbrak. Ils s’occupent des quatre loges qui entourent le hall principal d’Hoelbrak, et qui furent élevés en l’honneur des esprits qui conduisirent les norns en sécurité. Le sage Alarin des Frostborn parle pour la loge de l’Ours; Moda le Noir est l’orateur érudit du Corbeau; la loge du Loup est tenu par un jeune orateur nommé Fastulf Jotharsson; la belle et mystérieuse Valharantha est l’oratrice du Léopard des Neiges.

Les Chamans peuvent être trouvé dans toutes les Cimefroides, et même dans les régions les plus reculées, mais un type de chaman connu comme le havroun est bien moins commun. Un havroun est un serviteur spécial d’un esprit, un défenseur vigilant et actif des intérêts de l’esprit à la fois dans ce monde et dans l’autre. Les Havrouns on l’habileté unique de traverser physiquement dans le Brouillard et de se rendre au Hall des Esprits où les braves vivent éternellement. Ils n’ont nul besoins d’ouvrir de portails ou d’accomplir de rituels à moins d’emmener d’autres gens avec eux. Seul, ils se contentent d’avancer dans le monde des esprits, envoyant leur esprit dans le Brouillard aussi facilement qu’en traversant une habitation. Il n’y a qu’un seul havroun par Esprit de la Nature, bien qu’il puisse y en avoir un autre en formation si l’Havroun actuel est devenu vieux et fatigué et se prépare à sa dernière traversée du Brouillard.



Les Autres Esprits:
À la base, les norns d’Hoelbrak révèrent les quatre Esprits de la Nature qui les ont menés au sud, mais d’autres esprits existent et enseignent des leçons de leur cru. Certains sont moins puissants, comme le Minotaure, le Wyrm ou l’Aigle et ils sont rarement vu ou invoqués. Certains esprits ne sont pas conscient, tel la Montagne, le Feux ou les Ténèbres, et sont décris comme des défis à relever des obstacles légendaires placé sur le chemin du héros, plutôt que comme des amis ou des guides comme les Esprits de la Nature.

Il y a aussi un petit groupe d’esprits qui sont révérés avec une grande tristesse. Ces Esprits de la Nature « perdus » sont restés derrière pour combattre Jormag. Hibou, Dolyak (aussi connu sous le nom de buffle), Aigle et Carcajou sont louangé pour leur bravoure et leur sacrifice. La mort de Hibou est connu des norns-le dernier Havroun du Hibou l’a confirmé--mais pour ce qui est du destin final de Dolyak, Aigle et Carcajou, même les chamans l’ignorent. Aucun norns n’a été béni pour servir d’havroun à ces esprits depuis des générations, toutefois il n’est pas rare pour les esprits plus faibles (ou ceux plus éloignés de ce monde) d’être sans havroun. Tout ce qu’on sait vraiment c’est que ces esprits tinrent la ligne de front dans le Nord lointain et que, par leur bravoure, ils aidèrent les norns à échapper aux griffes de Jormag.



Grimhilde s’agenouilla, étudiant les traces. Elle les suivait depuis six jours, depuis que le skaald d’Hoelbrak avait chanté la légende de Murmuregriffe, un féroce jeune chat des montagnes. Bientôt, elle défierais la bête et…

« Grimhilde! » une voie appela du bord de la montagne au dessus. Par réflexe, elle porta la main à ses armes. Quelqu’un était il venu avant elle? Sa proie était t’elle morte d’une autre main? Avec colère, la guerrière se redressa et observa dans les rochers. Elle n’ eu pas à attendre longtemps pour voir son ennemi.
« Qui est tu? » demanda-t-elle prudemment, caressant la lame de sa hache. Si ce gamin avait volé son prix, elle le ferait payer…par la douleur.

« Je suis ta mort, qui marche. »
L’adolescent se tenait sur une haute corniche, se balançant sans effort.
« Il y a quatre ans, tu a délesté mon père de sa vie. Je suis là pour venger cette dette. »

« Je me souviens de toi maintenant. »
Grimhilde recula en arrière faisant passer sa hache d’une main à l’autre.
« Ton père était une faible petite chose- tout comme toi. J’aurais du te tuer lorsque tu était enfant, mais le vieil homme m’en avait dissuadé. Peut importe. Je vais m’occuper de toi et quand je rentrerai à la Grande Loge, j’en finirai aussi avec cette vielle relique radoteuse d’histoires. »

Le jeune homme gronda, les yeux brûlant d’une revanche froide et amère.
« Tu est venu ici pour chasser, » dit il,
« mais c’est toi qui est la proie. Il y a six jours d’ici à Hoelbrak sur la glace et la neige, sans havre sécuritaire, aucune loge ou campement le long du chemin. »

« Tu pense me combattre? » elle rit.
« Me tuer, Grimhilde la Féroce? La meilleure manieuse de hache des norns? Tu mourra en miaulant comme un chaton, petit. Tu n’est pas assez puissant. »

« Tu a raison. Je je suit pas assez puissant pour t’affronter selon tes termes, alors je te combattrai selon les miens. »
Le jeune chasseur souris malicieusement.
« Le Léopard des Neiges m’a appris la furtivité et la traque. Elle m’a aussi appris à renforcer mon esprit contre le sommeil. Je peut chasser cinq jours sans repos. Je mourrai si j’en chasse six, mais je le ferai s’il le faut. Mais toi…tu devra dormir parfois. Et je suis prêts à parier ma vie que tu te reposera avant moi. »

Grimhilde l’observa, son visage palissant.
« Tu me tuerais dans mon sommeil? »

« J’attendrai que ma proie soit à son plus faible et là je frapperai. »
Le jeune chasseur sourit sombrement.
« Et par le léopard des neiges, je le jure--tu ne m’entendra jamais arriver. »



Dragon:
Depuis l'éveil de Jormag, il y a ceux parmi les norns--toujours de jeunes mâles désireux de prouver leur valeur--qui proclament que le « Dragon » devrait être révéré au sein des Esprits de la Nature. Ils admirent la force de Jormag, sa sauvagerie et sa cruauté. Ils proclament que, en suivant la voie du Dragon, un norn peut devenir aussi imbattable que le dragon lui-même. Ils observent le récit de Jora et de son frère, Svanir, et le considèrent comme le premier convertis du nouvel esprit. Jora, qui refusa la bénédiction du Dragon, est injuriée dans leur culte --comme toutes les femmes. (De manière intéressante, Jormag lui-même ne montre pas les mêmes préjugés que ses laquais les Fils de Svanir; il est connu pour corrompre tout le monde sans distinctions de race et de sexe.)


Il n’y a pas de vrai chamans du Dragon, pas de havroun. Ceux qui le révèrent sont incapable d’aller dans le Brouillard par son intermédiaire, pas plus qu’ils ne reçoivent les dons qu’un norn s’attend à voir chez un chaman des Esprits de la Nature. Un chaman Dragon peut croire qu’il est spirituel, mais il en est bien loin. Ces avocats du Dragon ne prêchent que la corruption; ils reçoivent des dons immondes; ils sont transformés à jamais par Jormag. Au final, eux aussi deviennent des rejetons des glaces et servent la bête. Ils se nomment eux même chamans, mais la plupart des norns les nomment fous--des fous dangereux. Malgré cela, la promesse de pouvoir--et le défi d’être le premier à maîtriser les dons du Dragon--continue d’attirer d’arrogant jeune norns à son service.

La culture norn encourage l’individualité. Elle demande qu’une personne soit jugée par ses actions, et non pas par celles du groupe d’individus auquel il appartient. Si trois Fils de Svanir attaquent un autel, ces individus sont chassé et punis. Ça ne signifie pas qu’un autre norn clamant appartenir aux Fils de Svanir sera punis ou maltraité à cause de cet évènement--dans l’esprit des norns, il ne l’a pas fait, donc il ne peut être blâmé. Ça ne signifie pas que les norns ignorent l’allégeance d’une personne ou qu’ils ne comprennent pas que les Fils de Svanir sont un peuple dangereux. C’est tout simplement que, en tant que race, les norns refusent de juger un individus pour les crimes de sa tribu.

Un norn vit et meurt par sa propre légende.

« Laissez moi vous narrer un conte. »
Le vieux skaald Fiach leva ses mains au ciel tandis que le feux du cercle grésille et saute.
« L’histoire du héros connu comme Viskar Murmuregriffe. Gloire au fils-honoré! Légitime porteur de Rage, Frappeur d’Ombre, Tueur de la traîtresse Grimhilde. Viskar, qui malgré tout les défis, était prêt à sacrifier sa vie pour réclamer la dette de sang de celle qui lui avait fait du mal… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les Norns    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Norns

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comparatif morphologique entre les Norns et les Humaines
» [GW2] Création gardien Norn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La maison Thorn :: RP - En Tyrie :: La Bibliothèque :: Les Races-